Figaro Littéraire du 18-02-2021
8 صفحات
Français
أن يقدم لك قراءة هذا المنشور YouScribe يسر

Figaro Littéraire du 18-02-2021

-

أن يقدم لك قراءة هذا المنشور YouScribe يسر
8 صفحات
Français

Informations

مرسلة بواسطة
تاريخ الإصدار 06 رجب 1442
اللغة Français
وزن العمل 11 ميغا

Exrait

jeudi 18 février 2021 LE FIGARO - N° 23793 - Cahier N° 4 - Ne peut être vendu séparément - www.lefigaro.fr
lefigaro.fr/livres littéraire
HISTOIRE ÉRIC-EMMANUEL
LES PASSIONNANTS SCHMITT
MÉMOIRES UNE GRANDE HISTOIREDE BISMARCK PAGE 6 DE L’HUMANITÉ PAGE 7
Vargas Llosa - Magris : la
littérature est en grand danger
EXCLUSIF Dans un entretien croisé, le Prix Nobel
espagnol et l’essayiste italien dénoncent
la logique mercantile qui menace le roman. PAGES 2 ET 3
Mario
Vargas
Llosa
Claudio
Magris
L’enquête corse
DEUX PARTITIONS ESPAGNOLES
UEL est ce « mal des ruines » ruines, mais pour en déchiffrer le mystère. tombée devenir des « bandits d’honneur », POURUNESYMPHONIEFAMILIALE
qui donne son titre au beau La Corse est une femme méditerranéenne, des chefs de bande, voire des assassins ?
récit de Claude Arnaud ? elle en a la beauté, les colères brèves et les Cette forte identité, revendiquée, clamée,
C’est celui qui frappe les ar- fidélités. Parmi elles, il y a des Médée, des défendue, n’est-elle pas alors une entraveQchéologues s’immisçant dans Andromaque, et des Antigone, de tous pour l’île et pour ses habitants ? Peut-on
les tombeaux des civilisa- sexes d’ailleurs : témoin cet oncle méde- se pacifier sans se dénaturer ?
tions éteintes. Arnaud est de ceux-là. Ses cin, mis en joue par un forcené et recou- Claude Arnaud s’interroge : avoir une
tombeaux, ce sont ceux d’une île, la Corse, vrant la jeune fille que celui-ci vient identité, est-ce une force, une limite ?
ceux de sa famille et les siens propres. d’abattre d’une brassée d’immortelles. Lui-même retire une authentique fierté
Car il est corse - ou à demi corse, mais est- quand il peut parler de son village, de son
on jamais à moitié constitué d’un carac- histoire et de sa langue. Mais il ne cache
tère pour le moins dominant, voire écra- pas son embarras quand il reconnaît queLA CHRONIQUE
sant ? Sa mère est une fille de la casa l’anonymat ennuyeux de la porte de
d’Étienne Zuccarelli qui règne sur Santa-Lucia-di- Saint-Cloud où il réside avec ses parents a
Mercurio et sur Bastia. De sa grand-mère, de Montety tout de même quelque chose d’agréable,
femme de tête et de culture, de foi et de de moins pesant : à Paris, tous les chats
caractère qu’il admire, il écrit : « Son sa- Scène d’Homère qui se situe dans un dé- sont gris.
voir douloureux sur la vie était incontesta- partement de la France contemporaine. Et l’homme, autant que de racines, a
beblement issu du riche livre d’heures où l’île Arnaud arpente le pays et s’émerveille : soin de liberté. Enquête sur soi, récit d’un
consigne deuils, crimes et trahisons. » les aiguilles de Popolasca, les eaux de la amour exigeant pour une terre et une
hisCe paradis corse chanté par Napoléon, Mé- Restonica. Ce pays semble ne jamais toire qui le constituent et le désespèrent,
rimée et plus récemment par Jérôme Fer- changer, joyau inentamé dans un monde telle est la substance du petit livre
charrari, Arnaud l’explore en son âge d’homme qui bouge vite et s’enlaidit. Voire. mant et tendu, souvent au bord des larmes,
après en avoir été grisé enfant. Il redécou- La Corse est traversée d’âpres forces sou- que vient d’écrire Claude
vre son relief, tout en rudesse. « Des pans terraines. C’est le privilège, ou le drame, Arnaud. ■ MANUELVILAS NOUS RÉCONCILIE
de roche jaillissent de la mer au sortir d’Ota du regard d’adulte de le voir et s’en rendre
pour former des herses coiffées de monstres compte. Violence de la vie qui lui a ôté AVECLAVIE!LE MAL DES RUINESde pierre. Découpées par l’action conjuguée deux frères. Violence de la Corse où les
du vent, de l’eau, du sel et du soleil, les ca- faits divers rythment l’actualité. Com- De Claude Arnaud,
Grasset, lanche di Piana défient la pesanteur. » ment des citoyens ordinaires de Bastia ou
L’auteur n’est pas là pour faire le guide des de Porto-Vecchio peuvent-ils à la nuit 126 p. 15 €.
JOHANNES EISELE/REUTERS ; JUAN CARLOS ROJAS/NOTIMEX VIA AFP ; AISA/LEEMAGE ; CYRIL MOREAU/BESTIMAGE/ALBIN MICHEL
Ajeudi 18 février 2021 LE FIGARO
2
L'ÉVÉNEMENT
Littéraire
CHRONOLOGIE
CLAUDIO MAGRIS
1939Claudio Magris- Naissance à Trieste.
1970
Enseigne la littérature Mario Vargas Llosa à l’université de Turin, puis
de Trieste, jusqu’en 2006.
1984
Premier roman,
Enquête sur un sabre.Plaidoyer pour
1986
Danube.
1994la littérature
Sénateur indépendant
jusqu’en 1996.
DOSSIER Face au chaos du monde,
1997
Microcosme, prix Strega.l’Espagnol et l’Italien disent ensemble
que l’écrivain a encore un rôle à jouer. 2005
À l’aveugle (roman).
2015
PROPOS RECUEILLIS PAR fiction les raisons d’être révolté Classé sans suite (roman)
THIERRY CLERMONT contre le monde. et Secrets (essai).tclermont@lefigaro.fr Claudio MAGRIS. - Pour ma part,
je pense qu’il nous est bien difficile
IL EST DES rencontres au sommet, à marquer d’une pierre de porter aujourd’hui le même re- 2016
blanche. Hier, c’était Philip Roth s’entretenant avec Primo gard sur les rapports entre la litté- Prix Franz-Kafka.
Levi et Isaac Bashevis Singer (Parlons travail), Graham rature et le monde. Plus
particuGreene conversant avec Anthony Burgess en 1980 (The Last lièrement après, ou plutôt à
2021Interview), ou encore Pasolini interrogeant pour la télévision l’heure où nous assistons à un
italienne le proscrit Ezra Pound à Venise, en 1967. bouleversement généralisé qui Traduction en français
A Lima, en 2009, c’était au tour du Prix Nobel Mario Vargas nous détruit, dû au coronavirus et de La letteratura
Llosa de dialoguer avec Claudio Magris, à propos de au triomphe total et brutal de è la mia vendetta, coécrit
l’écrivain et de son engagement pour la vérité. La l’économie de marché, en passant avec Mario Vargas Llosa.
retranscription de leur entretien est publiée aujourd’hui en par la globalisation de toutes
chofrançais sous le titre La littérature est ma vengeance. ses, y compris celle du cœur et de
Les deux écrivains ont de nombreux points communs. l’intime. Ce qui se passe en ce
moIls appartiennent à la même génération, celle née dans ment a changé le monde plus
les années 1930, pratiquent régulièrement le journalisme qu’aucun bouleversement
antédepuis les années 1960, pour deux grands quotidiens ; rieur, plus que les guerres. Il faut
l’un pour El Pais, l’autre pour Il Corriere Della Sera. L’un souligner par ailleurs, que durant
comme l’autre ont goûté à la politique, Vargas Llosa comme les périodes les plus longues du
candidat à la présidentielle du Pérou il y a un peu plus confinement, de nombreux
écride trente ans, Magris, chantre de la Mitteleuropa, comme vains ont avoué qu’ils n’avaient
sénateur pour un mandat de deux ans au milieu des années plus le cœur à écrire et même à Le système dominant a réussi à Parmi vos points détruite par les
na1990. Deux œuvres dissemblables certes, mais marquées par lire. Avec son effet contraire : geler et à coaguler jusqu’aux al- communs, il y a zis, des milliers de
ce même souci de regarder le monde avec un regard profond d’autres auteurs ont reconnu ternatives les plus évidentes ou les une réflexion Polonais ont défilé
et critique, de déranger nos certitudes, de dénoncer nos avoir peu lu, mais ceux-là se sont plus avérées. Je répéterai aujour- sur le rapport entre avec des drapeaux
égarements, et de mettre à jour les vices cachés de l’histoire, tous mis à écrire… d’hui ce que j’avais déclaré en l’écriture qui invente hitlériens et des
aussi bien dans leurs œuvres en fiction que dans leurs essais. 2009, avec les mêmes mots, mais et l’engagement pour croix gammées.
Les deux hommes, par ailleurs francophones, qui se sont Peut-on dire que nous avec mélancolie. la vérité, impossible
croisés à diverses reprises , avouent un respect et une sommes entrés dans l’ère de la Quel est le livre queà éluder dans
admiration partagés l’un pour l’autre. Vargas Llosa nous a postlittérature, avec des écrivains En 2009, vous rappeliez notre confrontation vous avez écrit et que
confié soutenir depuis dix ans la candidature de l’écrivain qui ne font plus du travail sur la l’importance du primat des valeurs avec le monde vous conseilleriez
italien auprès de l’Académie suédoise pour qu’il obtienne le langue, le style, leur but premier ? universelles sur les valeurs et avec la nécessité à un jeune lecteur,
Il n’y a plus Nobel. Et Magris a tenu à préciser en préambule à notre M. V. L. – Une chose est certaine : nationales ou communautaristes en 2021, et pourde le changer.
de Flaubert sollicitation qu’il était ravi des « rencontres et dialogues avec il n’y a plus de Flaubert aujour- en adoptant une attitude critique Qu’en pensez-vous ? quelles raisons ?
aujourd’hui Vargas Llosa dans de nombreux pays, qui ont été de grandes d’hui qui travaille religieusement vis-à-vis du monde, grâce M. V. L. - La littéra- M. V. L. - Sans
hésiexpériences », et qu’il se sentait « fier de cette amitié pendant cinq ans sur un roman ou à la fiction. Cette priorité est-elle ture n’a pas de limi- qui travaille ter : Conversation à
partagée ». un essai. Les romans sont désor- tes, et ne devrait pas La Catedral, qui m’ade nos jours menacée ? pendant cinq ans
Ils ont bien voulu répondre à nos questions, il y a quelques mais écrits en fonction de la de- M. V. L. - Le problème, c’est que avoir de carcans : coûté plus de troissur un roman
jours. Mario Vargas Llosa s’est exprimé en français, mande, sur un marché très l’on vit dans une société où les su- soit elle est libre, ans de travailou un essai »par téléphone, depuis Madrid, où il réside. Claudio Magris concurrentiel. Par ailleurs, l’en- perstructures, qu’elles soient poli- soit elle n’existe pas. acharné, car cela
afMARIO VARGAS LLOSAa répondu en italien, par courrier électronique, gagement de l’écrivain pour la li- tiques, économiques ou financiè- Elle se doit d’explo- firme comment à
depuis Trieste, où il est né en 1939. berté est déterminant car nous vi- res, et je ne parle même pas des rer ce qui est caché, travers le roman on
vons des temps où la confusion Gafa, dépassent le pouvoir et les tapi. Et être indé- peut montrer et
dérègne entre vérité et mensonge, à compétences des nations, des pendante, surtout montrer les
mécaLE FIGARO. - Douze ans après tous les niveaux de la société. États. Or, dans cet environnement dans la confusion nismes et les forces
cette rencontre à la Bibliothèque D’ailleurs, la politi- hostile, l’Union euro- que nous traversons qui meuvent une
sonationale de Lima, avez-vous LA LITTÉRATURE que nous abreuve de péenne, espace où en ce moment, ag- ciété. Et il a aussi
EST MA le même regard sur l’écrivain, mensonges ou de sont nées la liberté et gravée par la crise quelque chose
d’inVENGEANCEson rôle dans la société contre-vérités. La la démocratie, nous du Covid qui a rendu fini, c’est ce que j’ai
De Claudio Magris et et son rapport au monde ? tâche de la littératu- garantit, je crois, les États plus puis- tiré de mes lectures
Mario Vargas Llosa,Mario VARGAS LLOSA. - La « fri- re, il faut le rappeler, contre le danger tou- sants, contrôlant nos moindres de Flaubert, où je me replonge
traduit de l’italien par volisation » de la littérature est le c’est de nous mon- jours menaçant des faits et gestes. Il faut être critique régulièrement, de Balzac, d’Hugo
Jean et Marie-Noëlle problème majeur d’aujourd’hui, trer la vérité. nationalismes, et nous car la littérature contribue à ou encore de Proust. Le roman
Pastureau
même si les gens ont fait un re- C. M. – Je crois que permet de nous faire l’histoire, au progrès humain, en comme expression d’une société,et de l’espagnol par
tour à la lecture avec la pandémie l’expression « post- une place sur l’échi- passant par l’imagination, la ce serait sa juste définition, de-Albert Bensoussan
edu coronavirus, souvent, hélas, littérature » est peu quier mondial, entre fantaisie et la sublimation de la puis le XIX siècle.et Daniel Lefort.,
en se tournant vers une littératu- ou prou vide de sens. la Chine et les États- beauté. La littérature, faut-il le C. M. – Je dirais : mon romanGallimard, collection L’engagement est
re superficielle. Rares sont les Mais force est de Unis. rappeler, est un instrument de la Tempo curvo a Krems(1), qui sera« Arcades » , sur le déclin dans écrivains qui pensent encore que 87 p., 12 €. constater que l’en- C. M. - Bien sûr, de liberté. Ulysse nous l’avait déjà publié l’an prochain chez
Gallitous les domaines, le roman peut changer le cours gagement est sur le nouvelles frontières appris : la liberté est la valeur mard, dans une traduction de Jean
y compris dans de l’histoire. Et pourtant… Elle déclin dans tous les se sont fermées ré- fondamentale. et Marie-Noëlle Pastureau,
touest devenue un amusement, un domaines, y compris les secteurs les cemment, et pas seu- J’ajouterai que la littérature est jours fidèles. Par ailleurs, je me
divertissement, un entertainment dans les secteurs les lement aux immi- une création qui n’est pas fidèle à réjouis également de savoir queplus importants
à l’américaine, alors que sa mis- plus importants de la grants. On assiste, la réalité, mais elle peut la repré- paraîtra, toujours en 2021, Crocede la littérature »sion est de prendre à bras-le- littérature. L’impla- incrédules, à un repli senter à travers le mensonge. Elle del Sud(2), aux Éditions Rivages. ■
CLAUDIO MAGRIS
corps les problèmes réels. On en- cable logique mer- des peuples, à la ré- devient alors une vérité transfor- (1) Littéralement : « Temps incurvé
dort le lecteur, et c’est un cantile est devenue surgence des racis- mée, et plus profonde. à Krems », publié en Italie
danger, comme on endort les té- incontournable et mes, des nationalis- C. M. - Une chose m’a particu- en avril 2019.
léspectateurs. Et là, nous perdons même impitoyable. mes, et même des lièrement frappé, et ça s’est pas- (2) Littéralement : « Croix du Sud »,
l’essentiel : s’adresser au citoyen Elle ne se préoccupe micronationalismes. sé en Europe. Il y a un an, j’ai dé- publié en Italie en 2020,
mécontent, insatisfait qu’il faut pas le moins du Mais là, que peut la couvert à la télévision italienne qui narre le destin hors du commun
edéranger, irriter. On ne lui mon- monde de ceux qui littérature ? C’est une une chose que je n’aurais jamais au XIX siècle de trois personnages
tre plus le chaos du monde. C’est vivent dans des si- vraie question. pensé voir un jour. À Varsovie, déracinés, ayant vécu en Patagonie
la littérature qui a introduit par la tuations extrêmes. sur la grande place, qui avait été et en Terre de Feu.
ALE FIGARO jeudi 18 février 2021
3
L'ÉVÉNEMENT
Littéraire
CHRONOLOGIE
MARIO VARGAS
LLOSA
1936
Naissance à Lima (Pérou).
1958
S’installe en Europe.
1963
Publie son premier roman :
La Ville et les Chiens
1969
Conversation à La Catedral.
1977
La Tante Julia
et le Scribouillard.
1990
Candidat à l’élection
présidentielle au Pérou.
Trois ans plus tard, obtient
la nationalité espagnole.
2000
La Fête au bouc.
2010
Prix Nobel de littérature.
Publie Le Rêve du Celte.
2016
Aux Cinq Rues, Lima.
2021
Traduction en français
de La literatura es mi
venganza, coécrit
avec Claudio Magris.
Éloge de Raymond Aron
par Vargas Llosa
Il nous raconte son passage duTHIERRY CLERMONT Patrick
marxisme existentialiste au
libéraI LE romancier n’est plus lisme, à travers la lecture de sept
à présenter, Vargas Llosa penseurs, parmi lesquels Adam GRAINVILLE
est également un redou- Smith, Isaiah Berlin, l’Espagnol
table chroniqueur et José Ortega y Gasset, RaymondSpolémiste (De sabres et Aron et Jean-François Revel, et
d’utopies), un critique avisé (Entre après avoir rompu avec la
RévoluSartre et Camus, L’Orgie perpé- tion cubaine suite à l’affaire Pa- L’APPEL
tuelle : Flaubert et Madame Bova- dilla, au début des années 1970. DE LA TRIBU
De Mario Vargas ry), ainsi qu’un essayiste aimant
Foi en l’individu Llosa,croiser le fer (La Civilisation du
traduit de l’espagnol spectacle). Le titre est inspiré d’un des maîtres
par Albert Dans Le Poisson dans l’eau, il de Margaret Thatcher, dont il fait
Bensoussan était revenu sur son engagement l’éloge, Karl Popper, et de ses
réet Daniel Lefort,
politique après son échec au se- flexions sur « l’esprit de tribu », Gallimard,
cond tour de la présidentielle pé- marqué par « l’irrationalisme de 319 p., 22 €.
ruvienne, face à Alberto Fujimori. l’être humain primitif qui niche au
Sans mâcher ses mots, le candidat tréfonds de tous les civilisés ».
du Front démocratique nous Vargas Llosa, qui avoue avoir
plongeait dans trois ans de cam- découvert la politique à 12 ans, lors
pagne électorale particulièrement du coup d’État de 1948 à Lima, y
intenses et à haut risque. Près de revendique sa foi en l’individu
trente ans plus tard, il nous pré- comme être souverain et
responsente le second volet de son auto- sable, avec la liberté comme vertu
biographie intellectuelle, L’Appel suprême. Une vertu qu’il oppose à
de la tribu. « l’esprit tribal » ferment et
terreau du fascisme et du
communisme, du nationalisme comme
succédané du collectivisme, et du
fanatisme religieux.
De ses sept portraits très
personnels, celui qui nous est le plus
proche, aux côtés de Revel, est sans
conteste celui de Raymond Aron
«UNRÉGALROMANESQUE(1905-1983). De l’auteur de
L’Opium des intellectuels, il nous dit, COMMEONENVOITPEU.»revenant sur une époque fascinée
par « l’excès, l’iconoclasme et l’in- Bruno Corty, Le Figarolittéraire
solence » rejetés en bloc par le
penseur : « C’était un intellectuel
dépassionné, d’une intelligence pénétrante
mais sans éclat, d’une prose claire et
froide (…). La seule chose qui
l’exasRaymond Aron en 1954. pérait était, comme pour Monsieur
SAINT PAUL/BRIDGEMAN IMAGES/LEEMAGE Teste, la bêtise humaine. » ■
©H.Triay
PHOTOS : FRANÇOIS BOUCHON/LE FIGARO
Ajeudi 18 février 2021 LE FIGARO
4 EN TOUTES ses tirées de ses carnets, écrites entre 2012 Don DeLillo, encore visionnaire
et 2020, La Clarté Notre-Dame. Il y évo- À 84 ans, le grand écrivain américain n’a rien per-confidences
que « une fin inéluctable, tantôt paisible, du de son pouvoir de visionnaire. Juste avant la
tantôt douloureuse, mais ne se départit pandémie, il a publié aux États-Unis son
dix-sepLe chant du cygne de Jaccottet jamais d’une grande douceur pour tième roman intitulé Le Silence. L’histoire de deux
Sept ans après son entrée à la « Pléiade », Phi- l’évoquer ». Pages où l’on retrouve les couples et d’un étudiant réunis dans un
appartelippe Jaccottet revient de façon inattendue avec thèmes de l’eau et de l’oiseau, « les deux ment de Manhattan alors que toute connexion
trois nouveaux livres. À 95 ans, l’ermite de Gri- messagers privilégiés de la poésie ». En- internet a été arrêtée et que le monde entier est
gnan publiera le 4 mars chez Gallimard un nouveau fin, Le Bruit du temps réunira le 19 mars touché. Ils trouvent refuge dans les mots, puis leCRITIQUE recueil de poèmes, empreints d’onirisme, Le Dernier ses chroniques sur l’art, publiées entre 1956 silence recouvre tout. Fascinant et effrayant,
Livre des madrigaux, et un ensemble de proses diver- et 2008 (Bonjour, Monsieur Courbet). Le Silence paraîtra le 7 avril chez Actes Sud. Littéraire
AFFAIRES ÉTRANGÈRESSévices compris
Par Éric Neuhoff eneuhoff@lefigaro.fr
JAMES Monstres anglais est
un roman passionnant
SCUDAMORE sur ce que sont Abandonnés
devenus des fils Les secrets de bonne famille
maltraités dans
OTRE enfance laquelle les invités s’instal-honteux de prestigieuses
était un incen- laient. Le lecteur s’enrouleinstitutions.
die. » Danny dans une prose chaude et colo-d’un pensionnat TATYANA GLADSKIH/ «
ne s’est jamais rée (« Son poignet ressemblait àSTOCK.ADOBE.COM Nremis de ces dix crayons reliés ensemble »),anglais révélés
années où ils vivaient dans se pourlèche de ce romanesque
cette grande maison à l’exté- familial, de cette confiancepar d’ex-élèves.
rieur de Philadelphie. Pour inouïe en les pouvoirs de la
ficsa sœur et lui, ce bâtiment né- tion. Que c’est bon de se
souCHRISTOPHE MERCIER
oclassique était un royaume, venir de cet après-midi où ils
avec ses trois étages, sa salle de étaient allés voir Mon oncle auHEZ Dickens - Nicholas
bal. Sur les murs du cinéma, de ces fousNickleby -, on voyait des
salon, les portraits rires dans les cou-enfants misérables
batdes anciens proprié- loirs, de ces allers ettus dans un pensionnat
taires les nar- retours en train.Cminable où ils avaient
guaient. Leur père D’accord, le mariageéchoué. Un siècle plus tard, le
ciachetait et revendait de Danny avec Cé-néaste Lindsay Anderson, dans If…
des immeubles. Leur leste n’a pas été une(1968), montrait les sévices
physimère n’aimait pas réussite. Au moins,ques subis par des adolescents de la
l’endroit. Une nuit, ils ont eu deux en-gentry dans des écoles chics.
Monselle a disparu. Maeve fants. Le tout est detres anglais, de James Scudamore,
et Danny ne l’ont ne pas leur faire subirn’aborde donc pas un thème
nouplus revue. Partie ce qu’eux-mêmesveau dans la culture anglaise, mais
pour l’Inde, telle ont enduré.comme le roman se passe dans les
était la version of- Ann Patchett jongleannées 1980 les tabassages et les
ficielle. Puis leur avec le passé et lescoups de fouet - en public - se dou- Danny père s’était remarié. générations, dépeint«blent de sévices sexuels, infligés en
ne s’est À sa mort, leur bel- les malentendus quiprivé par des professeurs aux noms
le-mère Andrea les a existent entre desjamais distingués à des préadolescents
gens qui devraientfichus à la porte. De-naïfs, fils de familles ô combien ri- remis puis, il leur arrive de s’aimer, parle deches et honorables confiés à une
insde ces se garer devant la vocations gâchées.titution centenaire et respectée, des
maison des Hollan- Le temps s’écoule,années où adolescents qui gardent le silence,
bercé par les repasdais, de fumer unepar peur, par honte, par crainte ils vivaient cigarette et de re- de Thanksgiving, lesd’être l’unique mouton noir à subir
dans garder toutes ces enterrements, lescette souffrance.
fenêtres éclairées, nuits dans les sallescette grande Le narrateur du roman, Max Dyer,
d’attente à l’hôpital.cette pelouse biendont le père a une importante situa- maison. tondue. Les héros ne saventtion en Amérique du Sud, vit chez
Pour Le roman s’étire pas qui étaient vrai-ses grands-parents bien aimés
juscomme une pâte ment leurs parents.sa sœur qu’au jour où ses parents décident
La vie les a cabossés.qu’un cuisinier déli-qu’il sera inscrit dans un prestigieux et lui, cat étale sur son éta- Ils n’ont plus depensionnat. Il y découvre l’horreur, mon, puis Luke, puis Ali, parlent à que Max se rende compte que les
ce bâtiment bli. Il a l’odeur de secrets pour nous.les coups de bâton sur les doigts si ses Max. Oui, ils ont connu ça. Oui, ils parents de Luke et d’Ali savaient ce
l’incompréhension Tout le monde vanéoclassique chaussures sont mal cirées, les vio- ont été violés. Et ils l’ont accepté, et dont leurs fils étaient victimes, et
MONSTRES les adopter, vouloiret de la nostalgie. Unlences physiques, la défécation dans Simon a gardé les lettres d’un pro- que ça ne les dérangeait pas plus était un ANGLAIS intense sentiment de s’asseoir dans lesla neige quand l’eau de l’école est fesseur bienveillant et homosexuel que ça. La loi du silence régnait, et De James royaumeperte s’élève à cha- fauteuils Empirecoupée. Il y apprend aussi l’amitié, qu’il ne veut surtout pas dénoncer. c’est cette loi du silence qui, à »Scudamore, que page. Il y a ces d’Elkins Park, écou-avec des fils de famille tout aussi l’époque post-Beatles, faisait que traduit de l’anglais ter le tic-tac de l’horloge com-études de médecine que DannyLoi du silencemalheureux que lui, mais qui affron- l’Angleterre restait l’Angleterre. par Carine
poursuit malgré lui (il préfère toise avec son bateau se balan-tent les violences physiques avec Max a l’impression d’avoir frôlé Le livre de James Scudamore est Chichereau,
l’immobilier, comme papa). Il çant pour rythmer lesplus de panache - car Max, lui, se l’enfer, sans en connaître le fond un roman passionnant - sur les se- La Croisée,
y a ce diabète qui bousille la vie secondes. Ann Patchett a écrit420 p., 22 €. contente de laisser couler ses larmes. - il a été battu, mais jamais violé. Et crets, sur les dévastations humaines
un livre qui brûle.de Maeve. Il y a cette mèreCe n’est que dix ans plus tard qu’il il se rend compte, peu à peu, de ce cachées, sur un pays qui est
toudont l’absence pèse sur tous lesapprend par Simon, un ancien ca- qu’ont subi ses amis - tous jours, d’une certaine façon, resté à
instants. Pourquoi les a-t-ellemarade, que celui-ci a été victime brillants, argentés. S’ils en ont été part. Tout cela écrit sans aucun
abandonnés ?d’abus sexuels. Puis il revoit, lors marqués à jamais, cela a aussi voyeurisme, comme un roman
Danny ne pardonne pas. Il re- LA MAISON DES HOLLANDAISd’une fête du pensionnat, Luke et contribué à leur force, à leur réus- d’éducation dont la violence
pense à la ronde des domesti- D’Ann Patchett, Ali, deux fils d’une prestigieuse fa- site. Monstres anglais est un roman - sexuelle - est d’autant plus forte
ques, à cette gouvernante qui traduit de l’anglais (États-Unis) mille snob, et Ish qui, associé à Luke, étonnant. La partie « pensionnat » qu’elle n’est jamais décrite. Et les
l’avait frappé avec une cuillère par Hélène Frappat, a fait fortune dans une start-up. Mais n’en occupe qu’un petit tiers et le scènes de complicité entre Max et
et laissé une cicatrice sur la Actes Sud, dix ans ont passé, des langues se dé- reste du roman se déroule dix, ses grands-parents sont
magnifitempe, à la piscine au bord de 311 p., 22,50 €.nouent. Le professeur le plus respec- vingt, trente ans après. Les scènes ques. Car Scudamore retrouve aussi
té, et infernal bourreau, se trouve sexuelles ne sont qu’évoquées dis- une tradition assez
george-eliotesemprisonné pour viols et sévices. Si- crètement. Ce qui n’empêche pas que du roman rural anglais. ■
La maison qui bouge
DANIEL KEHLMANN Les vacances à la montagne d’un scénariste à court d’idées et de sa femme,
avec laquelle il ne cesse de se disputer, tournent au cauchemar. Un « Shining » allemand très réussi.
succès. Il a d’ailleurs choisi de se idée de tomber amoureuse du dents jaunes et aux « yeux plissésBRUNO CORTY
bcorty@lefigaro.fr louer une maison isolée dans la même homme… On ne peut que très rapprochés, à droite et à gaucheTU AURAIS DÛ
montagne pour enfin achever le penser au Jack Nicholson de Shi- de la racine du nez, traversée parT’EN ALLER
N NE présente plus scénario de Ma meilleure amie 2, ning incarnant un écrivain en pan- une ride profonde », il s’interroge. De Daniel Kehlmann,
Daniel Kehlmann, que le producteur lui réclame avec ne d’inspiration et ne supportant Ce n’est que le début d’une lentetraduit de l’allemand
par Juliette Aubert, né en 1975 à Munich insistance. Susanna, sa femme, plus les bruits de sa femme Wendy mais inexorable chute pour notre
Actes Sud, et devenu en une dont il ne cesse de répéter qu’il et de leur petit garçon Dany… scénariste qui a de plus en plus de
91 p.,10 €. Oquinzaine d’années, l’adore, se moque un peu de son mal à démêler la réalité du rêve. La
Inexorable chuteet autant de livres, dont Moi et Ka- « œuvre ». Il est persuadé que cette première fois, lorsque sur son
carminski (2004) ou Les Arpenteurs du « diplômée en philologie classique et Les choses pourraient sans doute net de notes la phrase : « Va-t’en,
monde (2005), l’un des meilleurs germanique » adore le rabaisser. Il s’arranger si chacun y mettait du tant que » est griffonnée d’une autre
auteurs de sa génération. prend tout de même un malin plai- sien. Le problème est que lorsque écriture que la sienne, il n’y prend
Dans sa bibliographie, entre sir à lui rappeler que c’est grâce à mari et femme enterrent la hache pas garde. Lorsque cela devient :
Friedland (2015) et Le Roman de ses travaux d’écriture qu’ils ont pu de guerre, c’est la maison qui prend « Tu aurais dû partir. Maintenant,
Tyll Ulespiègle (2020), s’est glissé se payer leur résidence principale. le relais. La maison ? Cette bâtisse c’est trop tard », l’histoire bascule
un livre intitulé Tu aurais dû t’en Bref, l’ambiance est un peu ten- pourtant neuve semble jouer des dans l’horreur. Daniel Kehlmann,
aller. C’est moins un roman qu’une due. Et Susanna, bien sûr, ne trou- tours à ses occupants. Les pièces sans verser dans le gore ni dans le
novella qui se dévore en une petite ve rien de mieux à faire que de donnent l’impression de changer qualificatif lovecraftien, écrit plutôt
Daniel Kehlmann écrit dans une heure tant on est pris par l’histoi- jouer avec leur fille Esther, à deux de place, des photos encadrées dis- dans une veine fantastique à la
veine fantastique à la Maupassant re. Au départ ce n’est qu’un couple pas de lui qui essaie de se concen- paraissent. Lorsque le narrateur se Maupassant. C’est impressionnant
banal, avec des tensions. Lui est trer sur les tribulations de Jana et met à faire des rêves dans lesquels il de maîtrise et d’une efficacité re- avec maîtrise et efficacité.
SVEN PAUSTIAN/ACTES SUDscénariste pour des comédies à Ella, copines qui ont eu la mauvai- se retrouve face à une femme aux doutable ! ■
A
AGNÈS BONNOT/LE FIGAROLE FIGARO jeudi 18 février 2021
5Le retour de Will Self Guenassia et ses de Klaus Mann (1906-1949), es- et académicien Pierre Nora
puthète tourmenté, engagé dans la blie non pas des Mémoires mais À 50 ans à peine, le tonitruant incorrigibles optimistesÇÀ lutte contre le nazisme. Il s’agit un mélange de ce qu’il appelle Britannique Will Self frappe un Douze ans après le succès du
d’un de ses tout premiers livres, « lieux de mémoire » et « ego- grand coup, avec un roman très Club des incorrigibles optimistes,
écrit à 20 ans, dans lequel le fils histoire ». « Je me suis spon- personnel, inspiré de ses jeunes Jean-Michel Guenassia reprend&LÀ
aîné de Thomas Mann revient tanément concentré sur les années de dérive et d’addiction ses personnages dans Les
Tersur ses premières années. traits singuliers de mes jeunes à l’héroïne. Un livre situé dans les res promises, saga romanesque
Klaus Mann inédit années. » Au programme de Jeu- années 1980, et qu’on nous an- qui se déroule de 1964 à 2007, de
Le 3 mars, les Éditions Rivages La jeunesse de Pierre Nora nesse, la guerre, la famille, l’uni- nonce « noir » et « plein d’auto- Paris à Saint-Pétersbourg en CRITIQUEpublieront Nouvelle d’enfance Alors qu’il est dans sa quatre- versité et l’amour. Le livre paraî- dérision ». Will sera publié le passant par Alger et Tel-Aviv.
(Kindernovelle), un texte inédit vingt-dixième année, l’historien tra chez Gallimard le 4 mars. 11 mars à l’Olivier. Sortir le 4 mars chez Albin Michel. Littéraire
Un monde sans pitiéMÉTADATA
De Charlie Roquin,
Most Éditions, CHARLIE ROQUIN Les états d’âme d’un jeune informaticien dans une grande entreprise. Drôle et glaçant.272 p., 17,90 €.
mais timide, il est incapable de de- nous le distille sur un ton pince- tout va bien et le bonheur n’est entremêle scènes vécues, chosesPAR ALICE FERNEY
mander la promotion qu’il n’ob- sans-rire qui souligne férocement pas là. entendues, listes significatives,
QUOI pensent aujour- tient pas. Amoureux et soumis, il les absurdités. De l’obsession de Dans Métadata, le lecteur est pensées du héros, lectures, revues
d’hui nos auteurs subit les caprices de Marie, sa la concurrence aux séminaires de tenu au plus près du réel, au ras des de presse d’une actualité en temps
trentenaires et que compagne, qui lui reproche de formation où l’on n’apprend rien, choses prosaïques, il écoute la ban- réel, sondages et flashs de
publinous disent leurs li- manquer d’ambition. Mais ainsi en des évaluations aux jalousies et de-son de notre époque hyper- cité. Spectateur discret de ce vasteÀ vres ? Pour le savoir, il retrait du tourbillon organisé, il aux mépris, tout y est pour nous technique, il en perçoit la note in- show, le héros a peur non pas de
faut les lire. Par exemple ce Méta- possède un œil qui voit tout. Le révéler combien les sentiments au quiète et désenchantée. Autour du la solitude mais « d’être aperçu
data, premier roman de Charlie lecteur suit son regard et voilà sai- sein de l’entreprise sont à la fois microcosme que constitue l’entre- seul ».
Roquin, quelle image du monde sie et racontée la vie des cadres et ordinaires et restreints. Il faut dire prise, la ville tentaculaire vibre au Dans le grand jeu du
chacunreflète-t-il ? « top managers » rangés dans leurs que le héros n’adhère pas. Les rythme des transhumances quoti- pour-soi, apparaître seul, c’est
Le jeune François Martinez tra- fonctions, ingénieurs, commer- délires progressistes qui s’expri- diennes ; les couloirs de son métro être vulnérable. Les désarrois de
vaille au service d’assistance in- ciaux, administratifs. ment avec ardeur le laissent froid. et de son RER révèlent le règne l’être et du paraître sont à la
mesuformatique d’une entreprise inter- Dans son couple d’un nouveau sans limite de la publicité. L’espace re de l’incertitude qui domine.
Ordinaires et restreintsnationale. Son activité : résoudre type (renversement de la domina- et nos esprits sont colonisés par les Dans ce monde froid, ni l’amour ni
des « tickets », problèmes rencon- De quoi parlent-ils ? Avec quels tion oblige), il perçoit le système messages de consommation. l’emploi ne sont sûrs. Comme le
trés par les utilisateurs de logiciels. mots ? Quelle est la qualité de comme une pieuvre qui l’étouffe : Pour faire entrer dans son livre disait déjà Aragon, rien n’est
jaÀ la première personne, Fran- leurs relations, leur savoir-faire, « Les plans de carrière, de rem- cette description à la fois intime mais acquis à l’homme. Charlie
çois nous raconte la vie au bureau, leur manière de se divertir, leur boursement, d’épargne-logement… et globale, Charlie Roquin a choisi Roquin parvient à nous amuser en
en ville, à la maison. Compétent souci majeur ? Charlie Roquin les plans pour tout. » En somme, une narration kaléidoscopique qui nous le racontant. ■
C’est l’amour qui rend fou
NATHALIE KUPERMAN
Une enfant raconte les jours
où sa vie a basculé lorsqu’elle
ne s’est plus sentie aimée.
L’auteur a trouvéASTRID DE LARMINAT
adelarminat@lefigaro.fr le juste ton,
une voix sensible
UINZE JOURS avant d’enfant douée
d’une consciencela sortie des classes, la
adulte, pour racontermère d’Agathe sort
l’histoire d’une mèreleurs valises des pla-Qcards et lui annonce et de sa fille.
ASTRID DI CROLLALANZA/qu’elles partent le
FLAMMARIONlendemain à l’aube pour la Côte
d’Azur. Une semaine toutes les
deux dans un joli petit hôtel, le
rêve, non ? Depuis trois ans que
son père les a quittées, la petite fille
a souvent surpris sa mère en train
de pleurer. « Je pensais que je
possédais le pouvoir de la consoler. »
Pour ce faire, du haut de ses 11 ans, ON ÉTAIT
DES POISSONSelle a pris l’habitude de vouloir
De Nathalie tout ce que sa mère veut. Donc, ce comme une espionne le moindre que le lecteur saisit ce qui se joue femme follement belle et la haine une femme, mais l’enfant
abanKuperman, soir-là, bien que ce départ précipi- changement d’expression sur le sans qu’il soit besoin de l’expliquer. que lui dicte son instinct de survie. donnée qu’elle a été vit toujours en
Flammarion, té ne lui dise rien qui vaille, elle se visage de sa mère qui l’accable de Cette mère-enfant, qui n’a pas Elle appelle au secours son père ou elle. En se rappelant le couple
fu269 p., 19 €.tait. Dès le début du voyage, pour- folles déclarations et d’injonctions connu sa propre mère, n’en peut l’hôtelière, mais aussitôt se rétrac- sionnel et passionnel qu’elle
fortant, elle sent que quelque chose ne contradictoires. Si elle rudoie sa plus. Elle n’aspire qu’à être déchar- te, prête à mordre celui qui dirait du mait avec sa mère, son premier
tourne pas rond. Sa mère, qu’elle a fille et l’insécurise en disparaissant gée de ses responsabilités mater- mal de sa mère. Elle rêve de retrou- amour, elle semble prendre
toujours connue tendre et atten- pendant des heures, c’est à dessein, nelles. Jalouse de l’insouciance de ver la douceur perdue, se persuade conscience de l’ombre qu’il a
protionnée, se comporte de façon in- lui explique-t-elle, afin qu’elle de- sa fille, elle voudrait redevenir elle- que tout va rentrer dans l’ordre. jeté sur ses amours futures. De ce
quiétante. Dans le train, elle la ser- vienne autonome et pas une pleur- même une enfant dont on s’occupe. tableau tragique un personnage se
Enfant abandonnéere contre elle puis la repousse, nicheuse qui a besoin de sa maman. Elle somme Agathe de devenir détache, une femme discrète
comcomme si Agathe était à la fois ce Elle doit s’endurcir car, qui sait ? adulte mais dans le même temps la La romancière a trouvé le juste me un ange qui aime sans
qu’elle avait de plus précieux et un elle pourrait disparaître… Gare à traite comme un bébé, la couvrant ton, une voix sensible d’enfant contraindre ni peser : d’un mot,
fardeau dont elle voulait se débar- Agathe si elle s’émeut : « Si tu pleu- de baisers, empêchant toute per- douée d’une conscience adulte, d’un geste, Séraphine sauvera
rasser. Elle bat des mains en pen- res, je vais pleurer, tu ne veux pas sonne tierce de s’immiscer entre pour raconter et déchiffrer cette Agathe du désespoir. À la manière
sant aux bains de mer, puis aboie que ta maman pleure ? » elles. Comment l’enfant pourrait- histoire qui brasse tant d’émotions d’un mythe, ce beau récit à
hausur le contrôleur : une gamine. Nathalie Kuperman décrit le elle se déprendre de cette mère si archétypales. Agathe, qui se remé- teur d’enfant sonde les tréfonds de
La semaine qui va suivre sera à comportement de ce duo mère-fille dépendante ? Agathe oscille ainsi more, des années après, ces jours la psyché et la façon dont notre
l’avenant. Affolée, la fillette guette avec tact, intelligence, de telle sorte entre un amour dévorant pour cette où sa vie a basculé, est devenue grand désir d’amour s’abîme. ■
À la recherche du compagnon éternelCE QUI RESTE
DES HOMMES
De Vénus VÉNUS KHOURY-GHATA Une dame âgée part à la quête d’un homme pour partager sa tombe. Khoury-Ghata,
Actes Sud,
134 p., 13,80 €.
que Vénus Khoury-Ghata a écrit dans un beau cimetière, ça te dit de ve de la folie. » Mais Diane n’en revanche, elle trouve aussi chez leMOHAMMED AÏSSAOUI
maissaoui@lefigaro.fr ce roman, dans lequel on découvre partager ? » Les années ont passé. démord pas : elle veut un homme jeune Raphaël la sagesse qui
pardeux femmes fortes mais pleines Que sont devenus ces êtres aimés ? près d’elle dans son caveau. Alors, fois manque aux plus anciens. Ne
L FALLAIT la trouver, cette de failles : Diane et son amie, Hé- La quête ne sera pas simple. Hélè- le lecteur assiste à cette quête mé- lui dit-il pas : « Tu n’aimes les
idée : une femme d’un cer- lène, deux sacrés personnages que ne, plus terre à terre, ne cesse de morable. C’est une plongée fasci- hommes qu’une fois morts » ? Elle
tain âge recherche un com- tout lie et que tout oppose, pres- nante dans le passé, une sorte de se souvient également des trois
pagnon de… mort ! Un que fusionnels – elles ne savent miroir que Diane se tend. Est-ce amis disparus lors du siège de
SaLe livre de l’amour I homme qui voudrait bien plus qui était l’amant de l’autre ! Et un hasard si les hommes qu’elle a rajevo – des compagnons d’exil.
être enterré avec elle. Diane veut l’on y croise des hommes qui pas- “ attirés comme des « aimants » Quand la grande poétesse Vénuset de la solitude
acheter une concession – elle sou- sent, comme des fugitifs. (drôle de mot qui lui convient par- Khoury-Ghata s’attaque au ro-”haite du marbre rouge qui irait Diane, divorcée, veuve, sans faitement) sont fantasques, extra- man, elle lâche prise et y injecte
avec sa robe. Problème : il ne reste enfants, a perdu de vue les rares conseiller sa meilleure amie : « Tu vagants et délirants ? Comme elle ? toute sa truculence et son émotion
qu’une concession, prévue pour hommes qui l’ont aimée. C’est ferais mieux d’embaucher un vi- Dans sa recherche, elle se rend à fleur de peau. Avec Ce qui reste
deux cercueils. Qu’à cela ne tien- parmi eux qu’elle va chercher ce vant, un grand costaud capable de compte, aussi, quand elle a enfin des hommes, elle offre le livre de
ne, Diane l’achète. Et se charge compagnon de mort. On lui sou- réchauffer ton lit et tout le reste », trouvé le sinologue, à quel point il l’amour et de la solitude, de la
donc de trouver ce compagnon haite bon courage quand il s’agira lui écrit-elle ; ou, encore : « Re- a été égoïste, imbu de sa personne drôlerie et du chagrin. En
filigrapour l’éternité. C’est à partir de de leur expliquer, innocemment : chercher un compagnon pour ta et manipulateur – il faut souvent ne, elle nous dit que seule
l’écritucette idée fantasque et fantastique « Je viens de m’acheter une tombe tombe alors que ton lit est vide relè- du temps pour comprendre. En re sauve de la mort. ■
Ajeudi 18 février 2021 LE FIGARO
6
Les vagabondages de Robert WalserON EN
Depuis Chêne-Bourg, dans le dent, à partir du 4 mars, deux qui vivait reclus dans une mai- Voyage à pie, Souvenir desparle
canton de Genève, les Éditions nouveaux livres. Le premier est son de santé de Herisau, où il Contes d’Hoffmann, ou encore
Zoé poursuivent la réédition signé du Zurichois Carl Seelig, mourra, seul dans la neige, en Discours à un poêle. L’occasion
des œuvres inclassables de Ro- qui avait été proche d’Albert 1956. Le second reprend en de (re)découvrir ce singulier
bert Walser (1878-1956). Après Einstein : Promenades avec format poche Vie de poète, pu- écrivain suisse, surnommé « le
LES ÉDITIONS POURSUIVENT Seeland, Ce que je peux dire sur Robert Walser. Le journaliste y blié en 1917, composé de 25 plus solitaire des poètes solitai-LA RÉÉDITION DES CHEFS-D’ŒUVRE HISTOIRE la musique et Le Territoire du relate vingt ans de rencontres proses vagabondes, dont les ti- res » par W. G. Sebald.INTIMISTES DU PLUS MYSTÉRIEUX
DES ÉCRIVAINS SUISSES. crayon, voilà que nous atten- et de conversations avec celui tres parlent d’eux-mêmes : THIERRY CLERMONTLittéraire
Bismarck, génie machiavélien
MÉMOIRES Publié en 1898, ce document permet de comprendre les origines du conflit franco-allemand.
PAUL FRANÇOIS PAOLI fleurent le mépris. Comment peut- transforme un communiqué
anoeron être polonais alors qu’il est si din de Guillaume I en injure
enIS-MOI qui sont tes glorieux d’être prussien ! Il est vers l’ambassadeur de Napo-D’Otto von Bismarck,
ennemis, je te dirai qui d’ailleurs question de race, dans léon III, le comte Benedetti. traduit de l’allemand
tu es ! Cette formule ces Mémoires. « La Race dont le ca- On ne parlait pas de fake news àpar Ernest Jaeglé,
vient vite à l’esprit à la ractère est historiquement le plus l’époque, mais c’en était une avant Perrin, Dlecture des monu- fortement accusé est sans doute en la lettre ! À la tête de la Confédéra-644 p., 27 €.
mentaux Mémoires de Bismarck Allemagne la race prussienne… », tion de l’Allemagne du Nord, le
erque liront d’abord ceux qui écrit-il à une époque où ce terme monarque Guillaume I , qui veut la
veulent essayer de comprendre n’avait pas pris la teneur biologique paix, a renoncé à la candidature du
pourquoi et comment la France et et criminelle que lui donneront les prince Hohenzollern sur le trône
l’Allemagne se sont affrontées de nazis. d’Espagne, qui est à la base du litige
manière obsessionnelle trois guer- Pour Bismarck, l’Allemagne avec la France. Bismarck considère
res durant. Car ce livre présenté sera unifiée sous l’égide de la ce renoncement comme une
capipar l’historien Jean-Paul Bled et Prusse ou ne sera pas, et les événe- tulation, il veut la guerre et a le
qui fut un grand succès de librairie ments qu’il provoque lui-même soutien du chef de l’état-major
lors de sa première publication en lui donnent raison en trois temps : prussien, von Moltke, le vainqueur
novembre 1898 - quelques se- la victoire de 1864 contre le
Danemaines après la mort de leur mark, celle de 1866 contre
l’AutriEn politique, auteur - est d’abord et avant tout che à Sadowa et surtout la victoire “une formidable leçon d’histoire. contre la France à Sedan, qui se le mieux est de suivre
Le sens de l’histoire est fondé sur conclut par la proclamation du le droit chemin,
la mémoire longue, et ce qui frap- Deuxième Reich le 18 janvier 1871
car on ne rencontre pe, en lisant ces pages, c’est à quel dans la galerie des Glaces de
Verpoint Bismarck, qui commence sa sailles et l’acquisition de l’Alsace- personne
carrière politique en 1848, a une Lorraine. Trois coups de maître en OTTO VON BISMARCK ”mémoire d’éléphant. Comme les moins de dix ans qui font de cet
éléphants, il n’oublie pas les homme, qui est déjà un géant au
affronts du passé, et comme les élé- physique, un géant politique. « En de Sadowa. Son but est
d’enflamphants, une fois qu’il est lancé dans politique, le mieux est de suivre le mer la presse et l’opinion française
sa course, il devient irrésistible. Ce droit chemin, car on ne rencontre pour que la France, en déclarant
qui a marqué en particulier le jeune personne », aurait dit Bismarck. une guerre pour laquelle elle n’est
junker prussien Otto von Bis- Cette formule ironique frappe par pas prête, tombe dans le piège.
marck, né en 1815, est bien sûr le son pessimisme luthérien, mais « Car je regardais la guerre comme
souvenir de l’humiliation que Na- surtout elle exprime l’inverse de une nécessité à laquelle nous ne
poupoléon fit subir à la Prusse à Iéna en ce que fut Bismarck : un maître de vions plus nous dérober
honorable1806. Au-delà, il se rappelle aussi la manipulation. « Bismarck attend ment », écrit il. En quelques heures
les exactions de l’occupation du de ses Mémoires qu’ils érigent une la dépêche d’Ems enflamme les
esPalatinat par les armées de statue à sa gloire. Par rapport à prits des deux côtés du Rhin. « S’il
Louis XIV. Mais la France absolu- cette priorité, c’est peu dire qu’il en était besoin, Bismarck est la
tiste et catholique, puis révolution- entretient une relation à tout le confirmation du rôle souvent décisif
naire et napoléonienne, n’est pas la moins floue avec la vérité histori- de l’individu dans le développement
seule ennemie « héréditaire » de la que », écrit Jean-Paul Bled dans sa historique », écrit Jean-Paul Bled.
Prusse conservatrice et protes- présentation. Les tragédies qui allaient décimer
tante. Il y a aussi la Pologne catho- Rien ne le montre mieux que l’Europe et le rôle prépondérant de
Portrait d’Otto von Bismarck en tenue de chasse avec son chien, lique et francophile, qui inspire l’imbroglio de la dépêche d’Ems Hitler à la tête du
national-socialisdu 13 juillet 1870 où le chancelier huile sur toile d’Otto Johann Heinrich Heyden, 1897. parfois à Bismarck des propos qui me le confirmeront. ■
Une guerre romanesque
ESSAI 1821-1832 : quand la France volait au secours des Grecs.
JACQUES DE SAINT VICTOR de toute logique. À l’époque, Le
Journal des débats s’en étonne d’ailleurs,
LA FRANCE ET EPUIS le triste événe- voire s’en agace, évoquant « une
L’INDÉPENDANCE ment de cet été en mer guerre romanesque, une véritable
exDE LA GRÈCE
Égée, où la Turquie a pédition de Don Quichotte, faite sans D’Antoine Roquette,
menacé certains navires intérêt politique et au nom de je ne sais Éditions du Félin, Dgrecs, la question de la quelles idées d’humanité et de liberté 163 p., 19,90 €.
Méditerranée orientale s’est à nou- (…). Mais que voulez-vous ? Ce
siècleveau imposée dans les agendas diplo- ci, siècle d’égoïsme pourtant (…) est le
matiques. Elle nous a fait replonger siècle des guerres romanesques (…).
edans ce début du XIX siècle quand la L’expédition de la Grèce sera le roman
Grèce a pris son indépendance de de la liberté. Peuples ou rois, chacun
l’Empire ottoman, de 1821 à 1832, à la fait ses romans ». Cela aurait pu être
suite d’une guerre dont personne ne écrit aujourd’hui avec nos guerres
voulait vraiment dans les Chancelle- humanitaires. Finalement,
l’indéries occidentales mais qui réussit fi- pendance de la Grèce, dont la
nalement à s’imposer grâce à la mo- couronne reviendra à une dynastie
bilisation de certains grands écrivains bavaroise et profitera à l’église
orthoromantiques comme Lord Byron ou la doxe, se révélera assez peu profitable
société philhellène de Paris avec pour la France, tout au moins sur le
Constant et Villemain. La brutalité de plan commercial, mais elle donnera à
l’oppression ottomane fit le reste. Et notre pays un certain prestige qui
c’est ainsi qu’un peu contrainte et continuera encore pendant
longforcée la France de Charles X va temps à inspirer les élites grecques.La France
prendre le parti des insurgés grecs, eaime le 9 art « La France, volant comme en 1776 au secours
mère spirituelle »d’un peuple qui se soulève contre son Une année de la
colonisateur, violant le principe de La France a su aussi profiter de cette bande dessinée
partout en France légitimité que la monarchie restaurée indépendance pour renforcer ses
et àl’international
tentait par ailleurs d’imposer à nou- connaissances sur la civilisation
byjanvier veau dans l’Europe du Congrès de zantine, en plus du philohellénisme
2020 Vienne. traditionnel. En 1846 sera créée
— Avec l’expédition d’Espagne, rap- l’École française d’Athènes, sur le
juin pelle l’historien Antoine Roquette, la modèle de la Villa Médicis à Rome. Il
2021 guerre d’indépendance grecque fut le n’est pas sûr cependant que, depuis
seul acte déterminant de la politique 2012, l’incapacité de la présidence
étrangère de la Restauration (en de- Hollande à calmer les oukases alle-Avec la participation et le soutien de
hors de l’ultime expédition algéroise). mands n’ait sérieusement entamé cet
Mais autant l’intervention espagnole avantage. Même si, en 2015, le fa-Partenaires médias
de 1823 fut un acte de realpolitik, car il meux Varoufakis n’hésitait pas
encoaccélérateurd’idées
.fr s’agissait de préserver la monarchie re à rappeler que « pour nous, les
espagnole de menaces révolutionnai- Grecs, la France n’est pas un simple
res, conformément au nouvel ordre partenaire, c’est une mère spirituelle ».
fixé en 1815 par Metternich, autant Parfois, même le romantisme a du
l’intervention en Grèce paraît dénuée bon… ■
A
© ©C CNLNL /I/ llusI trationation :: JJoseph Foseph Faalzlzonon /D/ De essign ign:: IceberIceberg
CHRISTIE’S/BRIDGEMANIMAGES/LEEMAGELE FIGARO jeudi 18 février 2021
7LE CHIFFRE DE LA SEMAINEMa ligne de fuite,
Retrouvez sur internet
c’est la littérature la chronique
« Langue française »
BRUNO LE MAIRE, MINISTRE DE L’ÉCONOMIE 428
SURET AUTEUR DE « L’ANGE ET LA BÊTE » C’est le nombreWWW.LEFIGARO.FR/
(GALLIMARD), DANS LE MAGAZINE « ELLE ». LANGUE-FRANCAISE de pages de L’Homme de Césarée, JEAN-CHRISTOPHE MARMARA/LE FIGARO
le nouveau roman de Françoise Chandernagor, EN VUE@
qui paraîtra le 18 mars chez Albin Michel Littéraire
ET AUSSI
Au commencement était… L’amour à la mort
Durant les deux dernières années
ÉRIC-EMMANUEL SCHMITT de sa vie, Julie de Lespinasse
(1732-1776) écrit. Elle adresse
Dans ce premier tome au très volage comte de Guibert
des milliers de poulets, des billets
d’une octalogie, amoureux, torturés et malheureux.
Son âme passe « sans cesse
l’auteur réécrit l’histoire de l’état de convulsion à celui
de l’abattement ». Tous ses sens
sont déréglés. « Je n’existe pour de l’humanité. Ambitieux.
rien : les choses, les plaisirs, la
dissipation, la vanité, l’opinion, tout
cela n’est plus à mon usage. » ALICE DEVELEY
adeveley@lefigaro.fr Aimerait-elle se libérer de cette
passion qui comme Phèdre
ORSQUE Milton compo- la dépossède de tout y compris
sa son célèbre poème Le d’elle-même ? L’épistolière aime
Paradis perdu, l’homme trop son malheur. « Je le préfère
était aveugle. Il écrivait, LA TRAVERSÉE à tout ce que les gens du monde
DES TEMPS, Lrectifiait et relisait appellent bonheur ou plaisir ;
TOME I : PARADIS son histoire à l’aune de sa mémoi- j’en mourrai peut-être, mais cela
PERDUSre. Si Chateaubriand, qui traduisit vaut mieux que de n’avoir jamais
D’Éric-Emmanuel l’ouvrage, ne manqua pas de louer vécu. » Car l’amoureuse a besoin
Schmitt,ce « prodigieux effort de souvenir », de l’amant absent pour écrire
Albin Michel, il le fit plus encore de sa plume in- et in fine, mourir d’avoir aimé.
564 p., 22,90 €.
cantatoire et divine. Le génie poé- Dans ce petit livre déchirant,
tique, du grec poiesis, « création», Julie de Lespinasse invente
était en effet essentiel pour racon- un nouveau langage, un chant
ter la genèse du monde et quatre d’amour et de mort qui dit
siècles après l’épopée de l’Anglais. l’attente, la peine et le plaisir
Éric-Emmanuel Schmitt n’a rien de souffrir. Mais « cette infinie
perdu de ce souffle épique. Il publie variation-douleur, comme le note
Paradis perdus, un roman magis- très bien Chantal Thomas
tral, le premier d’une octalogie en préface, est aussi un cantique
dont le projet cosmogonique est né de la félicité, une manière
il y a trente ans. de chanter mille manières
On s’en doute, au vu de ce défi la phrase : Mon ami, je vous
titanesque, le temps est au cœur de aime. »
l’ouvrage. Comme chez Milton, Comment donc ne pas être
l’histoire du monde et la mémoire touché par cette écriture
du monde ne font qu’un. Ainsi, en du cardiogramme? Julie
remontant aux origines d’une vie de Lespinasse était une femme
– et non de la vie, parce qu’il n’est qui n’aimait rien à moitié.
pas question ici d’Adam et Ève -, Ce désir d’absoluité se lit dans
Schmitt peut réécrire ce qui nous ses lignes. « Mon ami, je vous
tient lieu de mythe et de récit com- aime comme il faut aimer,
muns. Plus qu’une bible païenne et avec excès, avec folie, transport
Éric-Emmanuelpanthéiste, pointillée d’astérisques et désespoir. » Et c’est ainsi,
scientifiques, religieux et philoso- Schmitt a construit qu’au bord de la mort, malgré
un véritable romanphiques, ce recueil se parcourt un amour sans retour, l’éplorée
d’aventures.donc comme un véritable roman put se consoler : « Je suis
CYRIL MOREAU/d’aventures. parfaite, car je vous aime
BESTIMAGE/ALBIN MICHEL en perfection. » A. D.
Un présent infernal
Tout commence par un frisson. Un ment climatique. « Durant son hi- teur. L’homme qui écrit a découvre un autre monde pétri de
homme de 25 ans se réveille. Alors bernation, l’insouciante humanité a 8 000 ans. « Quand l’écriture fut in- croyances, vivant en respect de
qu’il se lève, son crâne heurte provoqué son extinction. » Noam ventée, j’avais déjà 4 siècles. » Peu la Nature et des Esprits qui la
comla paroi d’une grotte. Sommes- sent que d’ici peu le monde n’exis- expansif sur son enfance – il est le posent. Mais bientôt, tout va
channous à la préhistoire ? Non, le voilà tera plus. Est-il donc un collapsolo- fils du chef de village, Pannoam, à ger avec le Déluge… Noam-Noé se
qui sort un briquet. Quelques ins- gue ? Toujours pas. Mais alors qu’un qui on donna à ses 13 ans une fem- rappelle ces jours passés, ses
chatants après, l’étranger se fond dans incendie dévore le paysage, Noam me - il en arrive vite au sujet de son grins et ses regrets. Quand nous
la foule à Beyrouth. Qui est-il ? De se met à écrire son histoire. En dieu livre : « Elle », c’est-à-dire Noura. revient cette phrase de Dante : « Il
lui, pour l’instant, on sait qu’il se dans son texte, Schmitt ne laisse Celle qui fit qu’il s’opposa pour la n’est pas de plus grande douleur que
nomme Noam et qu’il ne pense rien au hasard. Il fallait un décor première fois de sa vie au père. de se souvenir des temps heureux
qu’à « Elle ». Qui ? On ne sait pas « apocalyptique », du grec « révé- À compter de là, Schmitt dans la misère. » Depuis l’âge de MON AMI, JE VOUS AIME
non plus. lation de Dieu », pour que Noam construit son intrigue tragique - et pierre, Noam vit dans un présent De Julie de Lespinasse,
Les pages se tournent ainsi, dans dévoile le récit de la Création. biblique. L’amour fait naître la infernal. Que lui est-il arrivé ? Est- Mercure de France,
ce mystère, tandis que des jeunes Ainsi s’ouvre la première partie liberté et avec elle la révolte. Faut- il le seul à vivre éternellement ? « Le petit Mercure »,
battent le pavé contre le réchauffe- d’après la mémoire de son créa- il y céder ? À travers son récit se Vite, la suite ! ■ 96 p., 6 €.
d’adolescents en baskets, capu-Où est passée l’Arche d’alliance che, tefilins et papillotes qui citent
la Bible à tout bout de champ. Là,
elle se cogne au mur de séparation,RUTU MODAN La chef de file de la BD israélienne publie
gardé par l’armée… Mais rien
n’arrête Nili.un roman graphique humoristique autour d’un sujet explosif.
Des gags osés
étudié l’archéologie à Columbia et On s’en doute, sous terre, elle
travaillé à New York avant de ren- trouvera d’abord des Palestiniens,
trer vivre à Jérusalem, auprès de dont un de ses vieux amis, qui
son vieux père qui a perdu la tête. creusent un tunnel pour d’autres
Son père, son dieu, qui lui a tout raisons. De jeunes thuriféraires de
appris. Lorsque Nili était enfant, ce Daech, qui a eu vent de l’affaire,
grand archéologue l’avait associée TUNNELS s’en mêlent. Fine mouche, Nili,
aux fouilles clandestines qu’il avait De Rutu Modan, rejointe par son frère, trace sa
routraduit de l’hébreu ET SI l’Arche d’alliance, le coffre entreprises après avoir déchiffré te en menant tout ce petit monde
par Rosie contenant les Tables de la Loi dic- une tablette cunéiforme indiquant par le bout du nez. C’est du moins
Pinhas-Delpuech, tée à Moïse au mont Sinaï, disparue où l’Arche d’alliance était enter- ce qu’elle croit…
Actes Sud BD, après la destruction du premier rée. Mais son chantier, un tunnel Une équipée archéologique où les rivalités fraternelles rappellent Ces personnages forment un
288 p., 25€. certains épisodes bibliques. MODAN/ACTES SUD BDTemple, avait été cachée sous terre creusé sous un village palestinien, cocktail explosif. Mais Rutu Modan
à proximité de Jérusalem pour la avait été interrompu par l’Intifada. a l’audace de les traiter tous avec le
soustraire aux pillages ? C’est Éminent professeur, il avait dé- grandi dans l’ombre de sa sœur fortune de son épouse. Lorsque même humour léger. Il y a
quell’hypothèse qui guide le personna- missionné de l’université quand le aînée, à qui leur père, Israël, a lé- Nili l’apprend, elle décide de re- ques gags osés. Cet air de comédie
ge principal de Tunnels, le nouveau poste auquel il prétendait lui avait gué son savoir. Broshi cherche prendre les fouilles de son père est soutenu par la jolie ligne claire
roman graphique de Rutu Modan, été ravi par son plus proche colla- donc de la reconnaissance auprès afin de lui attribuer la gloire de la de son dessin. Le tableau qu’elle
56 ans, chef de file de la BD israé- borateur, l’ambitieux Motké, que de celui qui a vaincu son père… découverte de l’Arche d’alliance. brosse, volontairement dénué de
lienne, déjà primée à deux reprises l’on retrouve trente ans plus tard Ces rivalités familiales - qui Une équipée hautement burlesque point de vue politique, ressemble à
par le Festival d’Angoulême. au seuil de ce récit loufoque. n’empêchent pas l’affection - se commence. Elle arrive sur les lieux un portrait de famille où frères et
L’héroïne, Nili, juive laïque de Motké est devenu le patron de réveillent lorsque la tablette cu- avec son petit garçon qui subtilise sœurs se chamaillent sans plus de
gauche - comme l’auteur - est une Broshi, frère de Nili, un beau blond néiforme refait surface chez un sans cesse son téléphone, flanquée raison que des enfants. Tandis que
jolie brunette aux cheveux courts filiforme, doux, effacé. On com- marchand d’art israélien qui achè- également d’un archéologue sio- l’Arche d’alliance continue de leur
de 38 ans. Mère célibataire, elle a prendra au fil des pages qu’il a te ses antiquités à Daech avec la niste religieux et d’une bande échapper… ■ ASTRID DE LARMINAT
La BD
de la semaine
Ajeudi 18 février 2021 LE FIGARO
8
L’HISTOIRE Pierre-Guillaume de Roux, un éditeur s’en va
de la
Hommage L’édition était sa passion. Difficile 14 ans. Cinq ans plus tard, il tra- qui avait publié Boris Pahor, Lindasemaine Il aimait donner rendez-vous d’y échapper quand on a eu com- vaillera avec un prince de l’édi- Lê, édita Richard Millet. Gilles
Ladans un petit restaurant tunisien me père Dominique de Roux, tion, ami de son père, Christian pouge, Philippe Le Guillou,
Jeande la rue Richelieu. Puis on le rac- écrivain, figure fascinante du Bourgois. Puis il sera éditeur à Pierre Montal, Paul François
PaL’ÉDITEUR PIERRE-GUILLAUME compagnait, grande silhouette, monde des lettres, fondateur La Table Ronde, chez Julliard, aux oli. Esprit libre, personnage
DE ROUX EST MORT LE 12 FÉVRIER large front, dans son antre jon- des Cahiers de L’Herne. Un père Éditions Bartillat, au Rocher. attachant, « PGDR », comme on
À L’ÂGE DE 57 ANS. APRÈS DE EN MARGE ché de manuscrits et de piles de admiré et trop tôt disparu, en Après Les Syrtes, il lança en 2010 le surnommait, aurait eu 58 ansNOMBREUSES EXPÉRIENCES, IL AVAIT
CRÉÉ SA PROPRE MAISON EN 2010. livres sortant de l’imprimerie. 1977, Pierre-Guillaume avait la maison qui porte son nom. Lui le 25 février. B. C.Littéraire
Le prince de Conti et la vigne
de la Romanée : une histoire d’amour
DOCUMENT La biographie passionnante du créateur du plus célèbre vignoble de Bourgogne.
SÉBASTIEN LAPAQUE Perrine Fenal et Aubert de
Villaislapaque@lefigaro.fr ne, dont la double signature
authentifie chacun des flacons du
EST l’histoire d’un domaine.
vin fin qu’affec- Dans la préface qu’il a rédigée
tionnaient parti- pour le livre de Laurens Delpech,
culièrement les Aubert de Villaine se félicite deC’membres de la voir l’histoire de l’un de ses
loinnoblesse sous le règne de Louis tains prédécesseurs enfin racontée
XV. Un moment de l’histoire où, dans le détail. « Jusqu’à présent, la
observe Alexandre Balthazar Lau- vie du prince de Conti n’avait guère
rent Grimod de La Reynière dans tenté les biographes. En cent ans, il
son Manuel des Amphitryons (Édi- n’est paru que deux ouvrages sur
tions Menu Fretin, 2012), la cuisi- celui qui fut l’un des plus grands
ne française a atteint un niveau de personnages de son temps. Ces
raffinement incomparable. Un vin deux livres ne se sont pas intéressés
produit en Bourgogne par le prin- aux activités du prince dans le
doce de Conti. Avant la famille Conti, maine de la viticulture. Il y avait un
tenue le plus loin possible des vide à combler. »
affaires de l’État, comme toute la Dans la deuxième partie de son
noblesse d’épée longtemps après étude, Laurens Delpech reproduit
la Fronde, ce sont les moines de larges extraits des rapports de
clunisiens de l’abbaye de Saint- vendanges publiés depuis 1996 par
Vivant qui avaient exploité les Aubert de Villaine, des documents
vignes plantées sur la commune de passionnants pour les amateurs.
Vosne-Romanée, l’un des fleurons Tout le monde n’a pas la chance
des côtes de nuit. Laurens Delpech d’avoir eu l’occasion d’un
face-àne les oublie pas dans sa longue face avec une bouteille de
histoire d’un vin mythique, deve- Romanée-Conti — comme un
nu un objet de culte par les ama- combat biblique avec l’ange, une
teurs du monde entier. rencontre avec l’absolu — mais la
C’est avec eux que commence sa prose distinguée de Laurens
Delsaga bourguignonne, et non pas pech permet de rêver de ses
parfums de musc et d’épices, de sonavec les Romains, comme certains
historiens ont naguère tenté de le délicat toucher en bouche, et
faire. Les vins du domaine de la d’une explosion de fruit rouges,
Romanée-Conti (DRC) ont beau d’une infinie longueur et d’une
À l’origine, ce sont les moines clunisiens de l’abbaye de Saint-Vivant qui avaient exploité les vignes plantées sur la commune de Vosne- complexité toujours pleine deêtre une matière de légende et une
source de mystère, il est un peu Romanée, l’un des fleurons des côtes de nuit. Le domaine été acheté en 1760 par Louis-François de Bourbon, prince de Conti. nuances. Un vin puissant, rond,
hypothétique de remonter au-delà généreux qui n’a pas fini de
suscide l’an 900. 1 500 ans d’histoire, l’opposition princière à la monar- médecin Fagon — acquit ce qui al- C’est à cette époque que le vi- ter l’inspiration des écrivains, des
peintres et même des musiciens —comme certains auteurs l’ont pro- chie absolue, Louis-François de lait devenir le domaine de la gnoble du domaine a peu à peu pris LE PRINCE
posé, c’est peut-être un peu exa- Bourbon, mort treize ans avant la Romanée-Conti pour la somme, sa physionomie moderne. Non ainsi le violoncelliste chinois Yo-DE LA
géré, mais douze bons et loyaux Révolution française, est l’un de extraordinaire pour l’époque, de seulement avec la Romanée-Conti, Yo Ma venu au domaine pour pré-ROMANÉE-CONTI
siècles, c’est déjà beaucoup et cela ces grands du royaume qui animè- 92 400 livres. Selon les estimations un monopole qui couvre une AOC ciser des accords musique/vins etDe Laurens Delpech,
trouver un mouvement d’une sui-fait rêver les amateurs jusqu’au fin rent une nouvelle Fronde qui se des spécialistes, le prix de cette vi- de 42 ouvrées, soit 1 hectare, Flammarion,
fond de la Tasmanie, du Texas ou poursuivit du règne de Louis XV à gne représentait alors dix fois le 80 ares et 50 centiares, mais égale- 206 p., 45 €. te de Bach parfaitement accordée
du Yunnan. prix habituel des autres vignes des ment les autres grands crus rouges à la dégustation d’une bouteille de
À son origine, le vignoble tel que environs. « L’acte d’achat du prin- du domaine produit à partir de pi- Romanée Saint-Vivant.Louis XIV se soignait Aubert de Villaine aime volon-nous le connaissons aujourd’hui ce fait ressortir un prix de 2310 li- not noir, le raisin roi, Romanée
encore, surmonté d’une croix fa- avec du vin vres par ouvrée (unité de mesure Saint-Vivant, Grands Echezeaux, tiers rappeler à ses visiteurs que la
meuse, était donc ecclésiastique. Il spécifiquement bourguignonne, Echezeaux, La Tâche, Richebourg, Romanée-Conti ne livre pasde la Romanée sur
a été acheté en 1760 par Louis- correspondant à 4,28 ares, NDLR), et un blanc très recherché, issu du immédiatement ses secrets. Il faut« prescription » la placer à l’intérieur de soi, laFrançois de Bourbon, comte de la alors qu’à l’époque les crus voisins chardonnay, comme la presque
de son médecin FagonMarche et duc de Mercœur, puis les plus prestigieux atteignaient ra- totalité des blancs en Bourgogne, laisser diffuser lentement son
prince de Conti (1717-1776), un rement les 200 livres l’ouvrée, ex- Montrachet. énergie si particulière. L’union du
homme sensible aux idées nouvel- celui de Louis XVI et finit par em- plique Laurens Delpech. La supé- Avec beaucoup d’à-propos et moi et du vin est un poème,
comme aurait dit Henri Michaux.les et un grand collectionneur porter l’édifice absolutiste mis en riorité de cette vigne était donc déjà une parfaite élégance
d’expresd’art. Ce prince de Conti de haute place par Richelieu et Louis XIV au reconnue, mais c’est quand le prin- sion, Laurens Delpech entremêle Le grand dégustateur a quelque
mémoire était un cousin de Louis siècle précédent. L’arrière-petit- ce acheta la vigne pour s’en réser- l’histoire de Louis-François de chose d’un somnambule. Avant
XV, mais les liens unissant les cousin de Louis XIV — le roi qui se ver l’exclusivité de la production Bourbon et celle du domaine de la d’être pensée, ou racontée, la
Romanée-Conti doit être sentie etdeux hommes n’étaient guère soignait avec du vin de la Roma- que le vin commença à devenir une Romanée-Conti, continuée
juschaleureux. Personnage majeur de née sur « prescription » de son légende. » qu’à nos jours sous la direction de ressentie. ■
FÉVRIER-MARS2021
Guerrefroide,nidd’espions1945-1991
AlorsqueJohnleCarrévientdetirersarévérenceetqueJames Au cœur de l’actualité, l’agitation qui aembrasé Washington
Bond et OSS 117 s’apprêtent àfaireleur retour en 2021, Le àquelques jours de la passation de pouvoir entreDonald
FigaroHistoire amenél’enquête sur les espions de la guerre Trump et Joe Biden fournit àPatrice Gueniffey la matière
froide. Pourquoi ces décennies de tension parfois intense d’une puissante réflexion sur ce qui, de 1789 ànos jours,
entrel’Est et l’Ouest furent-elles l’âge d’or de l’espionnage ? fait une journée révolutionnaire. Côté reportage, Le Figaro
Lesmeilleurs spécialistes font le récit d’un affrontement sans Histoire vous emmène au Haut-Karabagh,terredesang dont
merciàtraverslesépisodesclésdelapériode,delatrahison l’histoireseconfond avec celle de l’Arménie,et vous dévoile
desRosenbergàcelledes«CinqdeCambridge»,enpassant la saisissante galerie des portraits que la science permet
par la crise de Cuba et l’affaireFarewell. Chefs de réseau, désormais de reconstituer,del’homme de Néandertal à
agents doubles, chasseursdetaupes ou dissidents :les RembrandtouJulesCésar.
espionslesplusmystérieuxreviventsousleurplumeainsique
leurs doubles de papier et de cinéma, qu’ils soient George Le FigaroHistoire,132pages.
Smiley,SeanConnery ou Jean Dujardin. Un passionnant
dossierde60pagesrichementillustré.
Enventeactuellementcheztouslesmarchandsde
€ journauxetsurwww.figarostore.fr/histoire8,90
Retrouvez Le FigaroHistoiresurTwitteretFacebook
Le FiFigargaroHo Histoiristoiree,,

Versiondigitaleégalementdisponiblesurfigarostore.frà tout reste àdà décécouvrirouvrir,996
NOUVEAU
A
MICHEL JOLY/EDITIONS FLAMMARION